Ce soir-là était mon premier spectacle. Je n’angoissais aucunement devant la possibilité d’une foule. Au contraire, ça m’excitait, que de tant me sentir observé. J’allais couper deux femmes en deux et leur éclater le cul. J’avais tout prévu. Mes complices seront deux amantes jumelles françaises. Elles adoraient avant tout, les gorges profondes, et c’est un réel spectacle triangulaire qui s’apprêtait à vivre la foule devant moi.

Un spectacle jouissif

Ils n’étaient prévenus de rien. Dès lors que je commençais mon spectacle, elles me souriaient. Le public voyait déjà ma gaule, pendant que moi, je me voyais en leur cul éclaté. Elles avaient beau être amatrices, elles savaient s’y prendre. De plus, j’avais réservé un dernier tour auquel même elles ne s’attendaient pas. Je souris d’impatience, fis mes premiers tours de cartes. Tout le monde était fasciné. Etait alors venu le temps de ces petites cochonnes bien étroites. Jeunes encore, elles avaient tout le potentiel pour du porno. Je ne pus m’empêcher de faire de ce spectacle, une diffusion live, une vidéo x en direct. Et je ne le regrettais pas. Car à peine venues, elles me caressaient. Le public se tut.

Je devais vite les faire rentrer dans les boîtes où j’allais les couper. Epaules nues, bouches béantes et buste dépassant les boîtes, je les sciais. Le public était sous le choc lorsque, l’une des jeunes cochonnes m’enleva le pantalon avec ses dents. Elle entreprit une fellation courte, où l’autre gémissant me fit éjaculer dans sa bouche en moins de cinq minutes. J’ai dû alors les enculer, elles me suppliaient. J’alternais entre les deux culs si étroits.

C’était très clairement leur première sodomie. Elles adoraient ça et me le firent bien comprendre. Mais j’arrêtai brutalement. Le public était lui-même nu et une partouze géante s’organisait. Mes talents de magicien étaient réels et l’hypnose fit un effet considérable. Je les avais tous sous la main. Cette joie, à la limite de l’orgasme, me fit éprouver un tel plaisir que je dus finir sur leurs faces. Une éjaculation faciale se préparait pour elles et elles n’attendaient que ça. Je les baisai encore jusqu’à ne plus résister. Le foutre recouvrit leurs langues, leurs visages et leurs grands sourires de petites coquines.