Les hommes qui regardent des films pornographiques seraient-il plus dominants au lit ? Cette question nous vient tous en tête. Découvrons ensemble la réponse.

Comme vous le savez sans doute, le porno ne laisse pas nos esprits indifférents. Il est l’un des éléments qui influencent certainement nos envies, et donc nos fantasmes. C’est normal !

D’où vient le désir de dominer ou d’être dominé au lit ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de savoir d’où vient notre désir de dominer ou d’être dominé au lit.

La société actuelle nous transmet que la sexualité doit être ponctuée de douces caresses, de sensualité et de tendresse. Pourtant, l’excitation monte d’un cran quand l’agressivité consentante fait son entrée dans l’acte sexuel.

Si les deux partenaires sont consentants, la domination sexuelle peut devenir un jeu très agréable, surtout si le dominateur rencontre une personne qui prend plaisir à se soumettre. Plus la personne dominée donne du plaisir à son partenaire dominant, plus l’excitation s’intensifie. C’est « gagnant-gagnant » !

Le porno rend-il les mecs dominants ?

Récemment, le chercheur en masculinité, genres et prévention de la violence Michael Flood a publié un post sur Twitter où il présente les résultats d’une étude publiée en 2014 qui s’intéressait aux comportements sexuels des gars hétéros consommateurs de porno.

Cette enquête, qui s’est intéressée à 384 allemands, montre une corrélation entre la consommation des films X et les comportements dominants au lit.

Centré sur le plaisir masculin, les films porno mainstream mettent souvent en scène des nanas passives et des mecs qui dominent et qui dirigent l’acte sexuel.

Par ailleurs, il faut savoir que les personnes qui regardent plus de porno sont ceux qui pratiquent (ou veulent pratiquer) l’étranglement, les fessées qui laissent des marques, l’éjaculation faciale, la double pénétration, le tirage de cheveux… ou encore insulter leur partenaire.

A noter que cette étude ne s’est pas intéressée aux femmes, sachant qu’elles regardent elles-aussi de plus en plus du porno depuis plusieurs années.

Selon un sondage Ifop publié en 2014, on apprend qu’une nana de moins de 25 ans sur 2 préfère l’épilation intégrale, largement popularisé par les films X.

Alors, regarder du porno influence-il notre sexualité, libère-t-il nos pratiques ou, au contraire, nous enferme dans de nouvelles normes ? Découvrons la réponse.

Pourquoi nous sommes influencés par le porno ?

Ce n’est pas si grave si on préfère le sexe « hard » aux pratiques « vanille ». Le point qui pose question dans cette étude, c’est certainement le rôle joué par le porno dans la construction de nos fantasmes.

Certes, la corrélation peut exister entre l’essor et la normalisation de pratiques « rough », axées sur la domination/soumission, et la consommation des films pornographiques, mais il est difficile de déduire la causalité.

Mais, est-ce qu’en regardant les films porno que nous nous inspirons, découvrons et normalisons de nouvelles pratiques jugées marginales ?

Ou, au contraire, le porno tue notre imaginaire et nous impose des normes qui transforment notre vision vis-à-vis de la sexualité ?

Les personnes qui regardent du porno ont-ils vraiment envie d’essayer ces pratiques, ou s’y conforment-ils car ils ont l’impression de devoir copier ce qu’ils voient ?

Est-ce que le porno révèle nos véritables désirs ou les construit-il ?

La clé du succès : communiquer vos préférences

Le problème avec l’influence du porno, c’est qu’il n’y a aucune éducation sexuelle de qualité qui nous permet de calibrer notre pouvoir sur nos imaginaires.

Comme vous le savez sûrement, il y a des gens qui pensent que « c’est normal », d’autres qui aiment vraiment dominé ou être soumis au lit, et certains qui se placent entre les deux, mais l’idéal, c’est de communiquer vos préférences avant de commencer l’acte sexuel et/ou au lit avec votre partenaire.

En ayant un consentement, vous serez sans doute protégé d’une influence éventuellement néfaste des films X. Il est donc de plus en plus conseillé d’en parler avant de mettre la main à la pâte.

Attention ! Quand la domination dépasse les limites, certains risques peuvent apparaitre, notamment sur les plans physique et moral.